Sunday, April 19, 2015

Les photos foireuses de François Hollande, complot ou malédiction?

Pin ThisEmail This
François Hollande est passé maître de la photo foireuse et embarrassante. Il n'en rate pas une. On dirait vraiment qu’il le fait exprès.

Que ça fait partie des facéties que ce facétieux président affectionne tant. En fait, une source sûre qui préfère garder l'anonymat me certifie que pas du tout, tout ça c’est malgré lui. La faute à pas de chance. Une vraie malédiction. Peut-être même, murmurent-on dans certaines coulisses du pouvoir, une mystérieuse conspiration d’un Univers réactionnaire contre ce charmant président socialiste, tout en rondeur et humour.

Après les désormais célèbres : je regarde ma montre mais ma montre est à l’envers ; je regarde d’un côté alors que tout les autres chefs d’Etats et de gouvernements regardent de l’autre ; je pose devant un tableau pour la rentrée des classes et j’offre à la France mon plus beau sourire niaiseux ; voici : je me prend un doigt d’honneur en posant pour un selfie avec un "jeune".

La scène se déroule à Bern, en Suisse, où le président français est en visite officielle. Et comme c’est un président normal, il fait comme tout le monde : il pose pour des selfies avec des inconnus. Surtout s’ils sont jeunes, ont des dreadlocks et portent des survêtements Adidas blancs.

Franchement qui n’a pas, au moins une fois dans vie, posé pour un selfie avec un jeune inconnu en dreadlocks et survêtement Adidas blanc ?

Mais voilà-t-y pas que ce jeune inconnu, aussi facétieux que François Hollande, au moment de prendre la photo, dégaine son majeur et fait un magnifique doigt d’honneur sous le regard sévère d’un des gardes du corps du président.

Sans doute envoyé par l’Univers réactionnaire dont on a parlé plus haut, un photographe de l’agence Keystone, Thomas Hodel, passe par là, et, clic clac kodak, immortalise ce grand moment de la politique extérieure de la France.

La photo est aussitôt publiée à la une du quotidien suisse La Liberté (ah quels sournois ces helvètes !) et fait bien sûr le tour de la toile. Toile qui, comme tout le monde sait, est un univers réactionnaire en soi.

Un peu plus tard, un autre quotidien Suisse, Le Matin, lance un appel au propriétaire du doigt pour en savoir plus, puis mystérieusement retire son appel, rapporte le site d’infos 20minues.fr.

Affaire à suivre.


© Claude El Khal, 2015