Thursday, July 14, 2016

Selon Jean-Marc Ayrault, Alep est encerclée par les troupes de Saddam Hussein

Pin ThisEmail This

On savait que qu’il était nul, mais pas à ce point. En marge du défilé du 14 juillet, Jean-Marc Ayrault a évoqué la Syrie et "le drame de la ville d'Alep encerclée et assiégée par les troupes de Saddam Hussein".

Interrogé par France 2 en marge du défilé militaire du 14 juillet, Jean-Marc Ayrault, ministre français des Affaires étrangères et ancien Premier ministre, a confondu Bachar el-Assad et Saddam Hussein, mort il y a dix ans ! C’est encore plus impardonnable qu’il était hier encore en visite officielle au Liban pour notamment parler des réfugiés Syriens.

Il doit peut-être penser que deux dictateurs arabes moustachus se valent bien et sont interchangeables. Et qu’un Baassiste est un joueur de basse. En fait, le chef de la diplomatie française semble, comme tous ses confrères du gouvernement Valls, totalement étranger aux affaires du monde.



Déjà en Mars dernier, invité de France Inter, Jean-Marc Ayrault – dont le nom en arabe veut dire "pénis" – avait appelé le groupe terroriste Front al-Nosra (Jabhat al-Nosra) : Jamal al-Nosra, "Jamal" qui se traduit en arabe par "beauté".  Ce qui avait beaucoup amusé le journaliste de RFI David Thomson, spécialiste des mouvements jihadistes.


Le ministre français des Affaires étrangères avait déclaré en direct (voir l'extrait ci-dessous) : "Mais est également ajoutée à Daech une autre liste, une liste de groupes terroristes dont un groupe qui s'appelle Jamal al-Nosra. Autant il est assez facile de vérifier où sont les forces de Daech qu'on peut combattre et bombarder, et donc ça ne touche pas les civils syriens, autant c'est difficile pour l'autre groupe, Jamal al-Nosra, qui est souvent proche de l'opposition modérée, qui elle a accepté le cessez-le-feu."

De deux choses l'une, soit Jean-Marc Ayrault est incompétent, soit il s'en fout. Dans les deux cas, c'est très grave et le prestige de la France au Moyen-Orient et dans le monde en prend un bon coup.

No comments: