Friday, July 15, 2016

Attentat à Nice : un camion fonce dans la foule, plus de 80 morts et une centaine de blessés

Pin ThisEmail This

Un camion a foncé dans une foule nombreuse réunie pour célébrer le 14 juillet sur la Promenade des Anglais à Nice. Il y aurait plus de 80 morts et une centaine de blessés.

Peu après 23h, un ami en vacances à Nice avec sa famille, présent sur la Promenade des Anglais pour assister au feu d'artifice du 14 juillet, a écrit sur Facebook : "Des hommes armés dans un camion ont foncé à travers la sécurité et ont ouvert le feu sur la foule réunie pour célébrer le 14 juillet sur la Promenade des Anglais à Nice."



Quelques minutes plus tard, BFM TV et France 24 ont confirmé l'attaque et des témoins ont parlé d’échanges de tirs entre des hommes armés et la police. Dans l'heure qui a suivi, les informations et les rumeurs se sont rapidement succédées. La préfecture des Alpes Maritimes a demandé aux habitants de rester cloîtrés. Selon le parquet de Nice, il y aurait des dizaines de morts et une centaine de blessés.





>> Ce que l’on sait (à 2h du matin - heure de Paris)


>> Ce que l’on sait ce matin (9h - heure de Paris)


Par ailleurs, France 24 a publié une mise à jour des informations disponibles jusqu'à présent:

"- Jeudi soir vers 23 h (heure locale), un camion a foncé dans la foule rassemblée sur la Promenade des Anglais de Nice pour les feux d’artifice du 14-Juillet. Le véhicule aurait roulé à pleine vitesse sur une distance de 2 km, suscitant un mouvement de panique. Des coups de feu ont également été entendus.

- Au moins 84 personnes sont mortes et 18 se trouvent "en urgence absolue", d'après le ministère de l'Intérieur.

- Devant le Palais de la Méditerranée, un luxueux complexe hôtelier, le camion blanc était immobilisé, quelques heures après l'attaque, les pneus crevés, la porte passager criblée d'impacts de balles.

- D'après des témoignages confirmés par des sources proches de l'enquête,lechauffeur du camion a tiré avec un pistolet avant d'être abattu. Une "grenade inopérante" et des "armes longues factices" auraient également été trouvées dans le camion.

- Des papiers d'identité ont été retrouvés à l'intérieur du véhicule. D'après les premiers éléments de l'enquête, ces papiers d'identité appartiennent à un individu franco-tunisien domicilié à Nice et connu des services de police pour des faits de délinquance. Mais il n'était pas fiché "S". "Nous ignorons si il avait des complices", a indiqué François Hollande.

- Le parquet de Nice a été dessaisi de l'enquête qui a été confiée à la section antiterroriste du parquet de Paris.

- Le président de la République François Hollande a annoncé la prolongation de l'état d'urgence de trois mois à partir du 26 juillet, précisant que "le caractère terroriste" de l'attaque ne pouvait pas être nié.

- Le chef de l'État réunira un conseil restreint de sécurité et de défense vendredi à 9 h, a indiqué l'Elysée."

Hier soir, après la publication sur les réseaux sociaux des images terribles de l'attaque, la Police Nationale a demandé sur son compte Twitter à ne pas contribuer à la diffusion de photos ou de vidéos des scènes de crime, par respect pour les victimes et leurs familles.


>> le chauffeur du camion aurait été identifié

"Le suspect, abattu par les forces de l'ordre au volant du camion, aurait été identifié dans la nuit sur la base des papiers d'identité retrouvés dans le véhicule", rapporte ce matin l'hebdomadaire Marianne. "Il s’agirait d’un Niçois de 31 ans, d’origine tunisienne, connu des services pour des faits de droit commun. Des "armes lourdes" auraient été retrouvées dans le camion, a précisé Christian Estrosi, ancien maire de la ville et actuel président (Les Républicains) du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur. D'après une source policière citée par Le Monde, il serait toutefois question d'une "grenade inopérante" ainsi que "d'armes longues factices". "Des investigations sont menées pour savoir si l’individu a agi seul" ou avec "des complices qui auraient pris la fuite", a précisé le porte-parole du ministère de l’intérieur, Pierre-Henry Brandet."

>> Deuil national du 16 au 18 juillet en France

No comments: