Posts

L’été meurtrier et l’automne des désillusions

Crédit photo: AFP L’été a été meurtrier. Pour notre pouvoir d’achat. Pour nos droits les plus élémentaires. Pour notre dignité, non seulement de citoyennes et de citoyens – si ces mots ont encore un sens dans le Liban d’aujourd’hui, mais aussi et surtout d’êtres humains. Au printemps, l’effondrement qui avait ravagé l’économie semblait stagner. Mais c’était une accalmie passagère. Il a repris de la vigueur aux premiers jours de l’été, dévastant tout sur son passage. Le peu de solidarité qui existait encore a progressivement cédé la place à une jungle sans merci, que même les plus sauvages des bêtes auraient renié et déserté. Puis, avec l’automne, les espoirs d’un avenir quelconque, pas forcément radieux, mais moins pire que le jour d’hier, se sont écrasés les uns après les autres comme autant de feuilles mortes sur le bitume. Les Libanais appauvris, humiliés, abandonnés à eux-mêmes, n’ont rien trouvé de mieux à faire que de s’exciter à nouveau les uns contre les autres et à vouloir en

Quelle solution urgente à la crise libanaise?

The blog is back

Une page doit se tourner et une autre s’ouvrir

Liban, récit d'un soulèvement populaire

Beyrouth, journal d’après le cataclysme

Chacun pour tous et Dieu pour soi