Thursday, December 22, 2016

Le Liban c’est ça aussi : une chorale musulmane qui chante Noël dans une église

Pin ThisEmail This

Bien sûr que le Liban est gangréné par la corruption, bien sûr qu’il est miné par le confessionnalisme. Bien sûr que les Libanais sont sectaires et qu’ils ont la fâcheuse tendance de toujours se replier vers leurs communautés. Bien sûr que des chrétiens et des musulmans se sont entretués. Mais, aussi imparfait soit-il, il reste un havre de tolérance entre les religions et un exemple de coexistence.

Non pas à cause d’une idéologie quelconque, mais parce que les Libanais ont toujours vécu ensemble, et quand ils ont essayé de se séparer ou de se dominer l’un l’autre, ils ont perdu, tous, sans exception. Différentes communautés ont également coexistées dans d’autre pays de la région, mais le prix de cette coexistence était la confiscation des libertés politiques, le règne sans partage des partis uniques, la dictature et la répression.

Alors qu’au Liban, malgré les nombreuses guerres qui l’ont déchiré et les différentes occupations étrangères qu’il a subit, la coexistence s’est accommodée d’une relative démocratie et d’une liberté qui n’existe dans aucun autre pays arabe. La diversité et la tolérance interreligieuses n’y sont pas factices, elles sont existentielles. Sans ses chrétiens, sans ses musulmans, sans ses dix-huit communautés religieuses, le Liban ne serait tout simplement pas le Liban.

La chorale des orphelines de la Fondation de l’Imam Moussa al-Sadr venue chanter Noel à l’église Saint-Elie de Beyrouth en est la parfaite illustration. Ce spectacle, a priori anodin, peut représenter un exemple à suivre pour les autres pays, notamment en Europe, où malgré les vaines tentatives de formatage artificiel des esprits, les uns et les autres vivent dans une méfiance réciproque sans cesse grandissante.



Abolir les fêtes religieuses, comme certains rêvent de le faire, en France ou ailleurs, est une aberration. Ces fêtes, il faut les célébrer toutes, et il faut les célébrer tous ensemble. Pour que les uns et les autres apprennent les croyances et les traditions des uns et des autres. En n’oubliant jamais les règles premières de l’hospitalité : l’hôte ne demande jamais à son invité de renier qui il est, et l’invité respecte en tous points les règles et les particularités de son hôte.

L’hospitalité, voilà encore une chose que Le Liban aurait à apprendre au reste du monde. Si seulement les Libanais comprenaient qu’au lieu de toujours importer les artifices venus d’ailleurs, ils pourraient exporter les fondamentaux de leur culture et de leur expérience, et ce faisant aider à construire le vivre ensemble universel.


© Claude El Khal, 2016

16 comments:

Anonymous said...

Très belle vidéo, et très beau texte.
Merci pour cette grande émotion.

Roumaissa Boubekeur said...

bravo

Sarah -in- USA said...

Merci pour ce superbe texte courageux. Vous avez raison, inclure et non pas exclure, c'est à dire accueillir et non rejeter, faire preuve d'hospitalité.
J'ai trouvé Beyrouth bien plus hospitalière que Paris qd je suis venue en novembre. Peut-être parce que le Liban a connu les douleurs de la haine ds sa chair? En tous cas, oui, à 100%, l'hospitalité libanaise devrait être enseignée partout ds le monde.

Anonymous said...

Merci. Vous m'avez rappelé le Marseille de mon enfance où nos voisins musulmans venaient à la messe de Noël partager ce moment et où nous allions rompre le jeun avec eux à la fin du ramadan. Cela n'a plus l'air d'exister. Pourtant c'était du bonheur.

Anonymous said...

Très belle initiative de la chanteuse Abeer Nehmé Dommage de ne pas l'avoir mentionné dans votre article. Superbe performance de cette chanteuse à la voix sublime et cristaline de chants traditionels libanais (tarab) et de chants religieux.

Josyane Cartier said...

Cela paraît su simple et pourtant ....
Magnifique texte et intervention à faire partager ....
Respectez les uses et coutumes de chacun dans le monde serait
la résolution pour 2017

Anonymous said...

Merci M. ElKhal. Votre article: Quel beau cadeau.
Merci de nous rappeler la beauté fondamentale du Liban.

Georges Nourian said...

MERCI MERCI MERCI

J'AI LES LARMES AUX YEUX !

Anonymous said...

J'en ai pleuré d'émotion. Merci de cette vidéo.

POPO18@CGOCABLE.CA said...

TRES BEAU TOUCHANT ET PORTE A RÉFLÉCHIR DS SES TEMPS SI MOUVEMENTÉS,,

PIERRE KHABOUT said...
This comment has been removed by the author.
Anonymous said...

En regardant cette vidéo, les extrémistes risque un infarctus !! Belle initiative!!

Sabine Aussenac said...

http://sabineaussenac.blog.lemonde.fr/2016/12/23/lorsque-lenfant-parait-2/

BRAVO!!!!!!

Anonymous said...

The world needs more of that...

Anonymous said...

Please, abolsih kafala system for domestic workers and free those who are emprisonned to flee bad employers.
In Gulf countries we understand the criminal slavery of theses peoples, but Liban seems more open.
Why Liban is refusing to ratify C189 convention IWO to give a protection for stranger domestic women ? Why ?

Anonymous said...

La chorale des orphelines de la Fondation de l’Imam Moussa al-Sadr venue chanter Noel à l’église Saint-Elie de Beyrouth

What a wonderful testimony of humility and greatness to the whole world and to the history. May all the people of all countries open their eyes and ears an believe in your divine offering, in our loving God and his admirable messengers such as Imam Moussa al-Sadr, his Foundation and his blessed choir of orphans.

Bravissimo. People like you will save our poor world from satan!