Sunday, December 24, 2017

Ahed Tamimi et les enfants oubliés de Noël

Pin ThisEmail This

Le contraste entre les images est saisissant. D’un côté celles des enfants d’un monde insouciant qui attendent avec impatience la visite du Père Noël et les nombreux cadeaux qu’il va déposer sous le sapin. De l’autre, celles d’une adolescente palestinienne violemment sortie du lit et arrêtée en pleine nuit par des soldats israéliens ; celles d’un enfant palestinien menotté, les yeux bandés, entourés par une vingtaine de troufions armés jusqu’aux dents ; et celles d’un môme yéménite affamé par de riches monarchies et qui attend que la mort vienne enfin le délivrer.

Les enfants oubliés de Noël sont nombreux. Beaucoup trop nombreux. Au Yémen, en Palestine et ailleurs. Mais qui s'en soucie en cette veille de fête joyeuse que les publicitaires et les annonceurs du monde entier nous vantent avec tant de véhémence? Cette fête païenne, devenue chrétienne avec le temps, qui est censée célébrer la naissance de l’enfant Jésus. Un enfant palestinien déjà pourchassé par une soldatesque criminelle aux ordres d’un quelconque potentat.

Un enfant yéménite meurt toutes les dix minutes, nous dit-on. C’est-à-dire qu’entre la soirée de 24 décembre et le déjeuner du 25, près d’une centaine d’enfants pourraient mourir dans l’indifférence d’un monde occupé à dévorer des dindes et arracher les papiers multicolores de cadeaux tant convoités. Que dire des enfants palestiniens qui peuplent les prisons israéliennes? Ces enfants dont le seul crime est d’avoir demandé ce que n’importe quel être humain devrait avoir : la liberté, la dignité, la justice.

En Palestine

Au Yémen

Ahed Tamimi, Gavroche et Marianne palestinienne, est cette belle adolescente de 17 ans, devenue le symbole d’un peuple méprisé, opprimé, mais qui refuse de courber l’échine et qui se bat, à mains nues, contre l’armée la plus puissante du Moyen-Orient. Cette armée qui se vante d’être "la plus morale du monde" mais qui mène une guerre sans merci contre des enfants.

Si nous vivions dans un monde moins dégueulasse, Ahed Tamimi aurait dû passer Noël en famille, elle aurait dû attendre d’ouvrir les présents qu’elle aurait pu recevoir ou, que sais-je, guetter la fin du repas pour passer quelques moments fugaces avec un quelconque amoureux. Mais la courageuse et fougueuse adolescente croupit dans une geôle. Et avec elle, ce n’est pas uniquement le peuple palestinien qui est emprisonné, c’est la fête de Noël elle-même qui est derrière les barreaux. Et avec, notre conscience à tous. Nous qui allons festoyer ce soir et nous faire la bise à minuit.


Pardonnez-moi ces lignes un peu désordonnées. Je n’ai pas aujourd’hui l’esprit à construire une argumentation intelligente. Ni à chercher à convaincre. Pardonnez-moi aussi d’avoir partagé avec vous, en cette veille de Noël, les terribles images de ces enfants palestiniens et yéménites. Mais comment faire autrement quand on croit que l’humanité est une et indivisible, et que tous les hommes, toutes les femmes, tous les enfants sont égaux en droits, quelles que soit leur nationalité, leur origine, leur couleur de peau ou leur croyance.



© Claude El Khal, 2017

2 comments:

Anonymous said...

Nous te pardonnons d avoir passe sous silence les crimes commis contre les enfants syriens par le regime en place.

Arabe said...

Non. C'est impardonnable de ne pas avoir dit un seul mot sur les salopards voleurs, violeurs de femmes, coupeurs de têtes, mangeurs de viscères humains, traîtres à leur patrie et tueurs d'enfants syriens !