Tuesday, May 7, 2019

Un orage d’été s’annonce au Moyen-Orient

Email This

Un orage d’été s’annonce au Moyen-Orient. Cet orage a pour nom the deal of the century – l’accord du siècle. Ce fameux deal est le plan de paix israélo-arabe concocté par le gendre de Donald Trump: Jared Kushner. Les États-Unis ont annoncé qu’ils le rendraient public après le Ramadan, c’est à dire en juin. Cette annonce pourrait coïncider avec l’anniversaire de la guerre des six jours.

Ce plan est pour l’instant secret, mais on peut en deviner les contours, et même certains détails.

• La fin de la solution dite "des deux états" basée sur un retour aux frontières de 1967 (avant la guerre des six jours) et sur la création d’un état palestinien indépendant en Cisjordanie et Gaza avec Jérusalem-Est pour capitale.

• La reconnaissance arabe et internationale de Jérusalem comme capitale d’Israël et de la souveraineté israélienne sur le Golan syrien, les fermes libanaises de Shebaa et une grande partie de la Cisjordanie.

• La partie restante de la Cisjordanie formerait une sorte de fédération avec la Jordanie, transformant le royaume hachémite en une "patrie de rechange" pour les Palestiniens.

• Les réfugiés palestiniens au Liban, en Syrie, etc. obtiendraient la nationalité de leur pays d’accueil et renonceraient à leur droit au retour en Palestine.

• La bande de Gaza serait légèrement élargie. On y ajouterait une petite partie du Sinaï égyptien, et ce nouveau territoire passerait entièrement sous le contrôle de l’Égypte.

En résumé, ce plan a pour objectif de liquider la cause palestinienne, en finir avec la Palestine historique et, en lui offrant les terres arabes occupées, assurer la suprématie d’Israël dans la région. Bref, le deal of the century n’est pas un plan de paix mais une offre de capitulation.

À partir du moment où les détails seront officiellement dévoilés par les États-Unis, tous les pays de la région et les "grandes puissances" (Russie, Chine, Grande Bretagne, France, Allemagne) seront obligés de prendre position.

On peut aisément prévoir un refus catégorique des principaux concernés: les différentes parties palestiniennes – du Hamas au Fatah, le Liban, la Syrie, la Jordanie et par extension de l’Irak, toujours attaché à la cause palestinienne. Idem pour l’Iran, considéré depuis des décennies comme l’ennemi officiel d’Israël. On peut aussi imaginer un refus des différents peuples arabes, du Golfe au Maghreb – ce qui mettrait à mal les pays qui sont en faveur du deal: l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et l’Égypte.

Le reste des pays du Golfe dont le Koweït et le Qatar seraient enclins, pour des raisons différentes, de le refuser. Le Koweït pour ne pas déplaire à son opinion publique farouchement pro-palestinienne, le Qatar pour affaiblir l’Arabie Saoudite et les Émirats, ses deux adversaires régionaux. Quant à la Ligue arabe, elle fera ce qu’elle fait de mieux: un communiqué verbeux qui dit chaque chose et son contraire, et qui sera oublié sitôt publié.

La Turquie le refuserait aussi, pour profiter de la posture délicate de l’Arabie Saoudite vis-à-vis de les opinions publiques arabes et musulmanes, et ainsi se positionner comme championne de la cause palestinienne et leader politique de l’islam sunnite, comme l’étaient jadis les Ottomans. Par contre, la France, la Grande Bretagne et l’Allemagne l’accepteraient, non sans quelques contorsions sémantiques pour apaiser leur population d’origine arabo-musulmane.

Restent la Chine et la Russie.

Le refus chinois est presque garanti. La guerre économique que les États-Unis mènent à la Chine, qui gagnera en intensité dans les mois et les années à venir, ne donne pas vraiment de choix à ses dirigeants. Accepter ce deal équivaudrait à faire, sans contrepartie, un cadeau inestimable aux États-Unis. Une telle erreur stratégique n’est pas dans les habitudes de Beijing, d’ordinaire prudentes et habiles.

Pour la Russie, c’est plus compliqué. Le soutien de Vladimir Poutine à Israël est indéniable mais moins zélé que celui de Donald Trump. Le président russe tient à garder de bonnes relations avec les pays opposés à l’hégémonie israélienne, notamment la Syrie, le Liban et l’Irak. De plus, si la Russie accepte le deal, elle risque de se mettre à dos les populations arabes, ce qui endommagerait considérablement son influence grandissante au Moyen-Orient. Il est donc très probable qu’elle l’accueille avec précaution, sans le rejeter, et œuvre en coulisse à le faire échouer pour mieux le remplacer par un “plan de paix” made in Moscou qui assurerait la pérennité de son influence dans la région.

De son côté, pour créer les conditions favorables à l’implantation de cet "accord du siècle" inespéré, Israël serait tenté de déclencher une guerre géographiquement limitée mais extrêmement violente, contre Gaza ou le Liban par exemple, pour qu’il soit la matrice des négociations pour l’arrêt des combats.

L’été au Moyen-Orient risque donc d’être orageux. Orageux et très chaud.


© Claude El Khal, 2019