Thursday, March 1, 2018

La nouvelle Inquisition et les moukhabarat parisianistes

Pin ThisEmail This

Mon intervention consacrée à la Ghouta en Syrie dans le JT du Média du 23 février m’a valu un lynchage en règle sur les réseaux sociaux et dans plusieurs médias. Les amateurs de guerre ont sorti l’artillerie lourde. Il fallait s’y attendre. Mais comme ils n’avaient pas vraiment d’arguments à m’opposer, à part la traditionnelle propagande à laquelle plus grand monde ne croit, ils ont été fouiller mon compte Twitter à la recherche d’anciens péchés qu’ils pourraient utiliser pour me salir.

Convaincus d’avoir trouvé les trésors d’infamie qu’ils cherchaient, ils les ont partagés sur les réseaux sociaux, essayant de me faire passer pour ce que je ne suis pas. En anglais on appelle ça character assassination. Il n’y a pas d’équivalent en français. Il faudrait en trouver un, ça éviterait à d’autres de subir le même sort.

Le sentiment que j’ai eu ces derniers jours m’était familier, mais je pensais qu’il faisait partie du passé. Je pensais qu’il a avait été emporté dans les bagages des troupes d’occupation syriennes quand elles se sont retirées du Liban. Ce sentiment d’être traqué, épié, dénoncé, accusé puis jugé sans autre forme de procès était lié aux méthodes des moukhabarat syriens et de l’État policier qui a sévi entre 1990 et 2005. En 2018, les moukhabarat ne sont plus syriens mais parisianistes. Ils ne sont plus ces agents hirsutes et mal fagotés qui faisaient régner la terreur au Liban mais des bien-pensants propres sur eux qui règnent sur les plateaux de télévision et dans les médias mainstream.

Ce n’est pas à eux que je m’adresse ici. Eux ne méritent que le mépris que tout homme ou femme libre a pour les totalitaristes en tout genre. Si j’ai décidé de m’expliquer, c’est pour certains de mes amis qui ont été affectés par la campagne de diffamation dont je suis la cible, pour les lecteurs qui me suivent, et pour les socios du Média qui me connaissaient depuis peu et qui me découvrent.

Parmi les choses dénichées qu’on utilise pour me salir, trois articles ou notes de blog, et un jeu de mots. 

La note de blog à propos de Dieudonné et du réflexe totalitaire d’une Française au Liban

Est-il utile de rappeler aux néo-moukharabat parisianistes que le Liban n’est plus sous mandat français? Peut-être ne peuvent-ils pas le comprendre, eux pour qui la France et le monde sont des colonies parisiennes. Le Liban est un état souverain et les décisions de justice prises en France à l’adresse de Dieudonné ne regarde en rien le pays des cèdres. Si Dieudonné a eu les autorisations nécessaires pour y présenter son spectacle, il n’y a absolument aucune raison de l’interdire. On peut ne pas y assister, mais on ne peut pas empêcher les autres de le faire. Et si les autorités françaises voulaient qu’il soit interdit, pourquoi l’ambassade de France au Liban n’a-t-elle pas fait les démarches nécessaires en ce sens?

Personnellement, je n’aime pas Dieudonné. Quand il était encore fréquentable et qu’il faisait plier la France en quatre, il ne me faisait pas rire. Il m’a fait encore moins rire, et c’est un euphémisme, quand il a commencé à tenir les discours qui lui ont valu plusieurs condamnations par la justice française. Mais si des Libanais veulent voir son spectacle, je refuse de les en empêcher, d’une manière ou d’une autre. Je me suis trop longtemps battu pour que la liberté d’expression existe au Liban. Cette dernière ne comprend pas uniquement les opinions que je partage ou qui me plaisent, mais aussi celles qui sont contraires aux miennes ou qui me débectent. Je ne pouvais donc pas accepter qu’une touriste française arrogante se permette de décider à notre place ce que nous devons ou ne devons pas faire, voir ou entendre. Le discours néocolonial et paternaliste qui prétend savoir mieux que nous ce qui est pour notre bien m’est difficile à avaler et m’agace au plus haut point.

J’ai donc dénoncé ses méthodes dans une note de blog que les inquisiteurs utilisent aujourd’hui pour me dépeindre comme un fan de Dieudonné, me reprochant – tenez-vous bien – de l’avoir décrit comme "humoriste"! Comme si nommer son métier était un crime. En anglais, j’aurai écrit comedian ou performer. Mais performer n’existe pas en français. Ils auraient sans doute préféré que j’écrive "salaud" ou "antisémite". Mais "salaud" ou "antisémite" ne sont pas, à ma connaissance, des professions. Et les mots que j’utilise n’ont jamais été et ne seront jamais dictés par qui que ce soit, ni par les moukhabarat syriens d’hier ni par les néo-moukhabarat parisianistes d’aujourd’hui.

ISISRAEL et les articles sur la Daech conspiracy

Avant tout, je me dois de préciser que le jeu de mots et les articles en question ne sont en rien liés. Le jeu de mots déniché par les inquisiteurs pour me faire passer pour un antisémite a été publié sur les réseaux sociaux pendant la guerre contre Gaza en 2014. Les massacres de civils commis par l’armée israélienne dans cette prison à ciel ouvert qu’est la bande de Gaza n’ont rien à envier, à mes yeux, aux méthodes barbares de Daech (ISIS). Les crimes commis par Tsahal contre la population civile palestinienne ont été documentés et dénoncés par tous les organismes internationaux, les organisations de défense des droits de l’homme, la presse de gauche israélienne et de nombreux citoyens et artistes israéliens, comme la regrettée Ronit Elkabetz.

On peut trouver le jeu de mot excessif, on peut en débattre, mais l’utiliser pour m’accuser de telle ou telle chose n’est rien d’autre que de la diffamation. Ils auraient pu dénicher d’autres jeu de mots de la même facture qui dénonçaient les exactions du régime syrien, comme Bachar d’assaut ou Blood Baath, ou même Bilad el Shame. Mais non, ils ont précisément choisi ISISRAEL pour leur entreprise de character assassination.

Par ailleurs, on peut se demander en quoi ce jeu de mots qui les choque tant est plus grave que le négationnisme de Benjamin Netanyahu qui a osé déclarer en octobre 2015 qu’Adolf Hitler ne voulait pas exterminer les Juifs. Curieusement, les hurleurs d’aujourd’hui n’ont pas poussé des hauts cris comme ils auraient dû le faire face aux propos scandaleux du Premier ministre israélien. Moi, par contre, je l’ai dénoncé avec force dans une note intitulée When Netanyahu absolves Hitler.

Quant aux articles sur la Daech conspiracy, ils ont été écrits après que l’organisation terroriste s'est implantée au Liban, au su et au vu de toute la communauté internationale, sans que celle-ci ne bouge le petit doigt pour l’en empêcher. Si Daech, comme le prétendent encore certains, n’a existé que pour combattre le régime syrien, pourquoi s’est-il implanté au Liban? Je me suis donc penché sur le sujet et cherché à comprendre.

Le Liban est entouré par la Syrie et Israël, qui ont chacun de leur côté cherché à le dominer et à détruire tout ce qui leur résistait. Ils l’ont parfois fait de concert, comme le 13 octobre 1990, quand l’aviation syrienne, chapotée par l’aviation israélienne, a bombardé ce qu’on appelait alors le "réduit chrétien" et mis fin au rêve d’indépendance des Libanais.

Israël n’est pas un ami du Liban – c’est le moins qu’on puisse dire. Depuis que je suis né, il y a déjà 50 ans, l’état hébreu bombarde régulièrement la population civile libanaise. Pendant les cinq décennies qui nous séparent de ma naissance, l’armée israélienne a envahi le pays des cèdres à plusieurs reprises, l’a occupé pendant plus de vingt ans, y a créé une milice qui n’avait rien à envier à celle qui a sévi en France durant l’occupation allemande (souvenez-vous de la prison de Khiam), y a commis de nombreux massacres (peut-on oublier Cana?), a pillé ses ressources naturelles (notamment l’eau du Litani), et violé un nombre incalculable de fois sa souveraineté, ses eaux territoriales et son espace aérien.

Les terroristes de Daech, venus de Syrie, sont entrés au Liban dans un silence international assourdissant. Et Israël, d’habitude si soucieux des organisations paramilitaires qui s’implantent au Liban, et qui n’hésite jamais à les dénoncer et à les attaquer, n’a ni moufté ni bronché. De quoi se poser des questions. Des questions légitimes que je me suis évidemment posé, tout comme bon nombre de Libanais.

J’ai donc fait des recherches et posé la problématique dans un premier article : What’s Daech doing in Lebanon? Dans cet article, j’ai cité, entre autres, une source attribuée à Edward Snowden (en précisant qu’elle n’était pas vérifiée), et une correspondance attribuée à David Ben Gourion et Moshe Sharett qui préconisait la division du Moyen-Orient en mini-états confessionnels, que Daech a mis en œuvre en créant un mini-état sunnite à cheval entre l’Irak et la Syrie. Dans un second article, qui faisait suite au premier, j’ai écarté ces deux éléments – la source attribuée à Snowden s’étant révélé être une fake news, et je n’avais pas pu vérifier la véracité de la correspondance entre Ben Gourion et Sharett. 

Ne pouvant, en toute honnêteté, rien affirmer, j’ai posé des questions légitimes et claires. Mais ma réflexion sur les origines de la création de Daech ne s’est pas limitée à ces questions auxquelles je n’ai pas encore trouvé de réponses, et à Israël. J’ai exploré d’autres possibilités et écrit plusieurs articles sur le sujet (Daech est sans doute le sujet que j’ai le plus traité sur mon blog), dont l’un s’interroge sur le parallèle géopolitique troublant entre la montée du nazisme en Europe et du daechisme au Moyen-Orient : History repeating?

Mais pour Éric Naulleau ou Raphaël Enthoven (pour ne citer qu’eux, le second étant plus fin que le premier qui a implicitement demandé mon renvoi du Média), la lecture ne peut être que franco-française, voire parisiano-parisienne. Leur monde, c’est Paris et ses plateaux télé. Pour eux, je ne suis peut-être qu’un Arabe sans grande importance, sans Histoire et sans passé. Qui n’a pas le droit à sa singularité, voire son individualité, et surement pas à sa liberté de penser, de s’interroger et de s’exprimer en dehors de leurs clous à eux.

Je leur rappelle, ainsi qu’à tous les autres, que j’ai combattu l’occupation de mon pays par une armée étrangère, les milices totalitaires qui y régnaient en maître et le régime policier qui y sévissait, que j’ai risqué ma vie pour avoir le droit d’être libre et de m’exprimer comme bon me semble. Avant de m’interpeller du haut de leur célébrité et me jeter à la gueule toutes sortes d’anathèmes, qu’ils me montrent donc leur CV, qu’ils me fassent part de leurs combats et des risques qu’ils ont pris pour défendre leurs idées, qu’ils me démontrent ce qui leur donne le droit de me juger!

Bref. Tout ce que j’ai écrit n’a rien à voir avec le complotisme (quel mot imbécile pour faire taire celles et ceux qui osent questionner les versions officielles des gouvernements, comme si ces derniers ne mentent jamais) et l’antisémitisme. Prétendre que je suis antisémite est aussi ridicule que d’affirmer que je mesure 1m90, que je suis blond aux yeux bleus et que je chausse du 54. Et surtout, de par mon passé, de par mes amitiés et mes amours, cette accusation m’est insupportable. Tout futur accusateur devra en répondre devant la justice française.

Quant au complotisme, on m’accuse d’être un partisan de la théorie du complot liée aux attentats du 11 septembre (the 9/11 conspiracy explained in less than 5 minutes). Ils ont balayé d’un revers de main méprisant l’explication que j’ai donnée sur Twitter, qui disait que c’était de l’humour et du second degré. Mais si ces inquisiteurs à la petite semaine avaient fait correctement leur sale boulot, ils auraient trouvé d’autres notes de blog qui se moquent des théories du complots : The Gay conspiracy, The iPhone X anti-Lebanese conspiracy, Red Moon : the communists are taking over the heavens, sans oublier Le complot dont personne ne parle, celui de mes voisins du dessus qui ne font du bruit que lorsque je me mets à écrire!


© Claude El Khal, 2018

29 comments:

Yoann said...

Merci Claude. En tant que socio, je te remercie pour cette note. C'est incroyable le pouvoir de nuisance de ces guignols/trolls des médias mainstream.
J'avais peu de doute sur ta probité et je tiens à te témoigner mon plus grand respect pour ce que tu fais et à te renouveler mon entière confiance.

Joël Kervella said...

Bonjour Claude

Vous avez seulement dit quelques vérités de plus en plus comprises et vous l'avez fait sans prendre parti. Alors les criailleries des officines atlantistes et de leurs laquais stipendiés s'expliquent facilement : le matraquage est de plus en plus inefficace et se voit un peu trop.
"Lundi matin"? " L'idée de "L'insurrection qui vient" peut sembler attractive mais si elle ne se fonde que sur le désir et le déni de réalité et si ses promoteurs entonnent les couplets classiques de l'Empire lorsqu'il s'agit de la Libye ou de la Syrie, on est en droit de se poser les bonnes questions sur la "boboïtude révolutionnaire".
Vous avez osé et il fallait du courage. Ne perdez pas trop votre temps en justifications : Vos détracteurs n'y chercherons que ce qui permettrait de vous attaquer. Ceux qui vous soutiennent vraiment n'ont plus besoin d'explications.
Merci encore.

Sam said...

je vous soutiens de tout cœur.
Courage!

Olivier G said...

Merci Claude de nous informer de manière nuancée sur la marche du monde.La propagande officielle vous bat c'est son rôle nous ne sommespas dupes .

Didier CODANI said...

Mon soutien et ma sympathie, non pour l'intégralité de votre vie et de vos idées, ce qui n'est pas le sujet, mais pour avoir clairement exprimé la différence entre le journalisme que vous pratiquez et la propagande ou relais de communication que vous refusez de pratiquer.

Il était immédiatement prévisible que dès le lendemain vous deviendriez un odieux raciste, un antisémite... et j'ai même reçu un message vous traitant de "révisionniste" parce que je vous exprimais mon soutien sur Twitter.

Ce n'est que le début, et si vous n'étiez pas né au Liban (ce qui fait loin de Paris) nous aurions sans doute appris des choses intéressantes sur votre généalogie, la vie de vos grands-parents et tous leurs défauts.
Rien ne dit, d'ailleurs que cela n'arrivera pas si vous continuez à exercer votre métier consciencieusement.

Je ne suis pas un fan, je ne suis pas un inconditionnel, mais je crois arriver à reconnaître un homme honnête quand j'en vois un.

Vous avez honnêtement refusé de devenir le sous-communicant d'un camp ou d'un autre. Vous avez refusé la carte de propagandiste, y préférant votre carte de presse, et pour cela je vous dis mon estime et mon soutien.

Jean Charles said...

character assassination = démolition de réputation

Caryl Peignelin said...

Bonjour Claude de tout cœur avec toi et merci pour ces précisions

alex said...

Merci pour cet article éclairant.
courage !

Eric said...

Bonjour Claude.
Je suis Socio et je ne vous connais pas depuis longtemps en effet. Mais je sais pourquoi je suis Socio, pour des gens comme vous et le travail que vous réalisez.
Au moment de votre passage au journal sur ce sujet, j'ai apprécié votre analyse et votre ton.
Je voudrais vous apporter mon soutien. Courage à vous et continuez.

pacha said...

...merci pour votre intervention honnête et intelligente. Les réaction hypocrites démontrent la justesse du propos. La plus hypocrite est sans conteste celle de Mamere, en parlant du boucher de Damas il oublie un peu vite ceux de Washington, de Tel Aviv, sans compter ceux de Paris - dont lui- qui n'ont pas protesté lors de l'assassinat de Kadafi avec toutes les souffrance qui en ont résulté. L'enquête peu médiatisée a d'ailleurs démontré que c'était déjà les mirages français qui avaient abattu par "erreur" l'avion de Alitalia fin des années '60, croyant abattre l'avion de Kadafi.en matière de boucherie, les français devraient étre très discrets. Heureux qu'il y ait encore des journalistes comme vous au milieu des agents de propagande.

Eric Durand said...

Ne lâchez rien ! Vous êtes l'honneur du journalisme indépendant et respectueux de sa déontologie professionnelle.

Geoffroy said...

Bonjour Claude,
Je suis socio et ne vous connais en effet que depuis peu.
Je ne peux pas vraiment comprendre le lynchage dont vous souffrez, car je ne fais pas parti du monde mediatique et vit a l exterieur de l'empire Francais.
Cependant, vos interventions dans le Media m'ont convaincu de votre professionalisme. Je ne suis pas assez connaisseur de la Syrie et du Moyen-Orient pour apuyer ou opposer vos propos, mais je pense que tout journaliste specialiste de ce conflit a le droit d'exprimer ses positions publiquement.
Un debat sain ne doit pas etre a sens unique, et il apparait complique pour vous d'etre a contre courant.
Ceci est pour moi une preuve de votre courage et independance.
J'ai ainsi beaucoup d'estime et de respect pour vous et vos travaux.
Continuez dans cette voie.
AU plaisir de vous reecouter sur le Media, ou j'apprends toujours beaucoup lors de vos interventions.

Jean-Yves Jezequel said...

Bonjour Claude,
ceux qui sont réellement informés, qui se donnent la peine d'aller chercher les éléments objectifs sur la réalité et qui sont donc conscients de la manière dont le mensonge prétend faire la loi sur les individus et les groupes d'individus, savent pertinemment que ce que tu dis est profondément juste et profondément respectueux de la réalité pure et simple... Nous connaissons bien tous ces inquisiteurs qui prétendent nous imposer leur délire de toute-puissance. Sois certain que la conscience éveillée ne peut pas être aussi facilement abusée! Je te remercie pour ton travail et cette mise au point qui ne fait que confirmer à quel point Le Média a besoin de toi et que les socios veulent te voir longtemps sur la chaîne...!

Gilbert Duroux said...

M. El Khal,
D'accord avec votre position concernant l'antisémite Dieudonné. Interdire ses spectacles, comme s'y est employé le sinistre Valls, n'a fait que le victimiser et finalement le renforcer. Êtes-vus cependant dépourvu de tout sens de l'humour pour dire qu'un des meilleurs comiques que nous ayons eu ne vous a jamais fait rire, même avent ses dérapages ?

Anonymous said...

Plutôt d'accord avec ce que vous dites. N'hésitez pas à prendre du temps pour expliquer vos positions, ce n'est jamais du temps perdu.

Anonymous said...

Bravo! Il faut résister aux roquets médiacrates qui ont essayé de vous abattre!

Victor-S said...

Cher monsieur, vous êtes l'honneur du journalisme. Continuez. Nous sommes nombreux.

Anonymous said...

Nous sommes nombreux à vous soutenir et à admirer votre courage alors qu'il s'agit d'exprimer vos convictions. Ne vous laissez pas intimider par ces intellectuels de papier glacé qui n'existent que dans un théâtre burlesque de quelques kilomètres carrés autour de St Germain des prés. Ils ne sont déjà plus rien.

Anonymous said...

coté syrie c un massacre - l'autre coté c 1 bombe de temps en temps.

jean-philippe vaz said...

Bonjour Claude. Je tiens à vous assurer de toute ma solidarité face à la meute haineuse qui vous est tombée dessus suite à votre position non alignée sur un sujet aussi complexe que celui de la Syrie (et des guerres en général).
Ces inquisiteurs des temps prétendus modernes s'en prennent à vous et mènent plusieurs "combats"(être du côté du manche est-ce combattre?)en vous assaillant. Vous travaillez avec Lemedia première "infamie" à leurs yeux et fidèle à son esprit rédactionnel vous vous y exprimez librement en essayant de vous extraire de tout campisme.
Courage, ils ne vous empêcheront pas de penser ni de vous exprimer.
Amitiés solidaires

Anonymous said...

Bonjour Claude,

Vous faites honneur à votre profession et au Media.

Vanina Laugier said...

Juste merci.

Anonymous said...

Bonjour, Claude,
Quand nous verrons nous à nouveau sur le Mediatv ? Mon mari et moi apprécions énormément vos interventions, toujours très pertinentes et documentées. En lisant vos articles de blog, que je viens de découvrir, je comprends que vous déplaisez à ceux qui modèlent nos opinions. Mais tenez bon, nous sommes avec vous. Vous avez eu raison de ne pas montrer d’images. Je me souviens des guerres d’Irak et des journalistes embedded. (Ou sont les armes de destruction massive ?) Avec toute notre amitié.
Edith Montelle

Anonymous said...

character assassination = attaque ad hominem

Anonymous said...

Ah pardon, ce n'est pas attaque ad hominem mais attaque ad personam :

https://www.contrepoints.org/2014/04/16/162992-la-difference-entre-attaques-ad-hominem-et-ad-personam

punkos said...

Merci Claude El Kahl pour cet éclairage et j'en profite pour dire que ceci éclaire également les vies de lutte d'anonymes chers à mon souvenir: Sirine Fattouh, Georges, Marina, Christella et la famille Ayoub. J'ai pensé très fort à vous ce matin lorsque j'ai terminé de lire "Loin du cœur, loin des yeux" l'article de Théo Cazenaves du Monde Diplomatique de ce mois ci qui fait un bel écho à ce que vous avez pointé très justement du doigt à plusieurs reprises et là, dernièrement en refusant de monter des images dont vous ne pouviez répondre.

Anonymous said...

Je vous apporte en tant que citoyen Lambda Français, tout mon soutien personnel.

Il me semble que nous avons grandement besoin de regards différents qui nous ouvrent véritablement au monde dans sa réalité multiple.

Car sinon quoi ? Quel est ce "monde-copie-conforme" auxquels certains voudraient que nous cédions en nous prosternant ?

En vérité, nous étouffons littéralement sous le rouleau compresseur du " Monolecte Médiatique" ; ce père fouettard neurasthénique qui enclenche chaque soir automatiquement sans plus y penser, sa liste de course éternelle et lugubre faite de désastres planétaires, de morts révoltantes, copieusement entrelardée de résultats sportifs, de stars éculées, de chiens crevés et d'imageries niaises.

De l'air, nous avons besoin d'air ! En lisant ce jour votre article, j'ai considéré cela comme de l'oxygène, ce sain carburant pour la pensée.

Merci.

Otabgyam said...

Bonjour Monsieur El Khal,
Je vous ai également découvert via Le Media. Oserais je un trait d'optimisme? C'est "grâce" à cette affaire que j'ai pu également découvrir votre blog: merci aux médiacrates!

Stefano Barbosa said...

Malheureusement, cela reflète la puissance de BHL en Francisrael.